Un objectif d’abord humain

Un accompagnement bienveillant, personnalisé, concerté avec le blessé et respectueux de son autonomie afin de lui permettre de réinvestir les composantes d’une « vie bonne » au sens de l’OMS c’est-à-dire « un état de complet bien-être physique, mental et social ».

Il s’agit de considérer non pas seulement la dimension physiologique et objective de la blessure psychique mais aussi la qualité de vie du blessé qui est nécessairement sociale et subjective

Une priorité de santé

La réhabilitation psychosociale, le rétablissement et l’inclusion des personnes souffrant de troubles psychiques sont aujourd’hui considérées comme des priorités de santé.

Le Décret n° 2017-1200 du 27 juillet 2017 relatif au projet territorial de santé mentale le précise ainsi :

« Le projet territorial de santé mentale a pour priorité l’organisation du parcours de santé et de vie de qualité et sans rupture, notamment pour les personnes souffrant de troubles psychiques graves et s’inscrivant dans la durée, en situation ou à risque de handicap psychique, en vue de leur rétablissement et de leur inclusion sociale. A ce titre, il prévoit […] les actions destinées à prévenir la survenue ou l’aggravation du handicap, par l’accès le plus précoce possible aux soins notamment de réhabilitation, et aux accompagnements sociaux et médico-sociaux. »

Fournir informations et conseils

Il s’agit aussi pour l’association ESCALE de pouvoir apporter dans les meilleurs délais les renseignements et l’assistance nécessaire aux blessés en cours de réhabilitation pour les aider à résoudre les diverses difficultés auxquelles ils sont confrontés, répondre à leur questions concernant leur santé, leurs droits, leur retour à l’emploi. L’écoute, la bienveillance et le suivi dans la durée sont les maîtres mots de notre action

Soutenir des projets personnels de réinsertion

A terme, ESCALE a vocation à accompagner certains projets de personnes parvenues en fin de réhabilitation qui choisissent une voie professionnelle orientée sur l’accompagnement, le soin ou le bien-être des blessés et qui ne peuvent obtenir d’appui institutionnel ou public pour aller au bout de leur projet.